Les amis d'Avega

February 14, 2014

 

 

AVEGA est une association de veuves rescapées du génocide des tutsis au Rwanda. Créé par 50 femmes, Avega compte aujourd’hui 25.000 membres. Après avoir vu mourir des membres de leur famille de façon atroce, après avoir subi des violences sans nom, des femmes et des enfants relèvent la tête et misent sur un avenir meilleur. Impressionnés par le courage de ces femmes et par leurs réalisations, nous sommes quelques-uns en Belgique à vouloir les épauler.

Historique d’Avega Le génocide des Tutsi du Rwanda perpétré en 1994 a emporté plus d’un million de vies humaines, exterminées atrocement en 100 jours. L’une des conséquences de ce génocide est le grand nombre de veuves dispersées sur l’ensemble du pays. Si d’après les recensements officiels on dénombre plus de 350.000 rescapés du génocide sur tout le territoire, il est à noter que plus de 80% de ceux-là est constitué de veuves et orphelins. Ces victimes sont devenues chefs de ménage en lieu et place de leurs maris ou parents massacrés. Elles sont sorties de ce drame affamées, fragilisées économiquement, dépourvues d’abris, frappées de traumatismes et, quelquefois, atteintes du VIH/SIDA, suite à des viols utilisés comme arme de génocide. Les femmes ont à leur charge un nombre élevé d’orphelins en bas âge, que ce soit des enfants à elles ou des enfants orphelins de père et de mère recueillis comme cela est la règle par le membre rescapé de la famille.

C’est pour faire face à cette situation qu’est née en 1995 l’Association des Veuves du Génocide « AVEGA - Agahozo » sur l’initiative d’un groupe de 50 veuves rescapées du génocide qui en sont les membres fondateurs.

AVEGA a été agréée par arrêté ministériel n°156/05 du 30 Octobre 1995 et compte environ 25.000 membres dispersés sur tout le territoire rwandais. Elles n’ont pas attendu plus longtemps pour se structurer et s’organiser afin de tenter de répondre à leurs besoins propres. AVEGA est pour ses membres :

 

1. Un instrument de lutte contre les intentions génocidaires dont la cruauté se faisait encore sentir 2. Un moyen d’essayer de faire face aux conséquences du génocide les plus immédiates 3. Elle leur sert aussi de famille où se rencontrer pour partager leur douleur, pleurer, et discuter entre elles. Leur but était de tenter de venir en aide aux milliers de veuves et d’orphelins, en vue d’alléger leurs souffrances et les aider à accepter leur situation. Par après, leur mission a été de favoriser l’intégration de la veuve du génocide dans la société rwandaise. Mais surtout, elles étaient engagées à perpétuer à jamais la mémoire des leurs et lutter pour un « plus jamais ça » inconditionnel.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

avant

Château de Boussu, deux fastueux banquets reconstitués au Château de Boussu pour Mons 2015

October 7, 2015

1/10
Please reload

hier

May 28, 2015

February 14, 2014

February 1, 2014

Please reload

Archives
Please reload

tag
Please reload

social